APPUI AU DEVELOPPEMENT LOCAL : Le Prodel instaure la mesure de performance



Kaolack : La décentralisation, marquée au Sénégal par la régionalisation et le transfert de neuf (9) domaines de compétence aux collectivités locales, depuis mars 1996, est non seulement un moyen de promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance, mais surtout un levier de développement local et de lutte contre la pauvreté.

Aussi, pour le document stratégique de réduction de la pauvreté (Dsrp), la bonne gouvernance et le développement décentralisé participatif constituent un axe stratégique majeur. Il s’avère alors, selon Birama Ndao, expert chargé de la planification du Prodel, « de plus en plus nécessaire de mesurer les performances des collectivités locales dans leurs différentes prestations aux populations. Avec comme obligation de rendre compte de l’utilisation des ressources nécessitant d’évaluer l’adéquation des prestations aux besoins réels des populations ». C’est dans ce contexte que la mesure des performances des collectivités locales dans leurs différentes interventions est une réponse pertinente à la promotion de la bonne gouvernance locale. C’est dans cette direction que le nouveau programme sénégalo-allemand d’appui à la décentralisation et au développement local (Proddel) compte inscrire ses différentes actions dans les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine. Il assure ainsi la transition du défunt programme des communautés rurales (ProCer) et celui du bassin arachidier (Pba). En plein dans sa première phase d’exécution de trois ans (juillet 2007 à 2010) le Proddel est articulé en quatre (4) composantes selon son chef d’équipe, Mme Awa Guèye. L’appui à la politique de décentralisation, la gouvernance locale et la planification participative, la promotion du développement économique et la coordination du pool d’intervention prioritaires des différents programmes de la coopération technique et financière allemande au Sénégal, la Gtz et la Kfw, dans les communes et communautés rurales des trois régions ciblées. La mesure de performance publique (Mpp) couvre ainsi l’ensemble des dimensions de l’action publique, son objet est de porter une opinion sur la pertinence, l’impact et l’efficacité de l’action.

Ainsi, le test va porter sur un total de 86 collectivités locales dont 12 communes secondaires des trois régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine. Car, de l’avis de Birame Ndao, « la réussite de l’action publique obéit à trois facteurs clefs : la légitimité qui doit répondre aux besoins et attentes des usagers ; l’évaluation qui doit aboutir à l’obligation de rendre compte et la maîtrise technique pour un choix optimal des processus et gestion efficiente ». A terme, les collectivités locales devraient ainsi être en mesure d’améliorer l’efficacité du service public dans leurs domaines d e compétences, d’appliquer les principes de bonne gouvernance et de transparence dans la gestion des affaires locales, de renforcer leurs capacités d’investissements et managériales pour améliorer les conditions de développement tout en disposant d’outils de pilotage adaptés.

Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2320 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance