ASSAINISSEMENT - Renforcement de la priorité accordée au secteur : Le Sénégal mobilise les acteurs



Pour le renforcement de la priorité accordée au secteur de l’assainissement, le Sénégal mobilise les acteurs. Le gouvernement a élaboré un plan d’action pour l’année internationale 2008 de l’assainissement.

2008 a été déclarée année internationale de l’assainissement par les Nations-Unies, avec comme objectif principal de rappeler à la communauté internationale la nécessité de réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) en matière d’assainissement. Ainsi, à l’issue de la Conférence africaine de l’assainissement et de l’eau des ministres africains chargés de ce secteur, tenue à Durban, en février 2008, pour faire l’état des lieux de l’assainissement, le Sénégal avait décidé d’élaborer son plan d’action national et un plan d’action prioritaire pour ladite année internationale.

Ce plan d’action, dont l’objectif principal, est de mobiliser tous les acteurs pour renforcer la priorité accordée au secteur de l’assainissement et mobiliser les ressources financières nécessaires pour atteindre les objectifs fixés, a été présenté mercredi dernier, aux gouvernants, partenaires au développement, collectivités locales, société civile, Ong. Evalué à 389,8 milliards de francs Cfa, le programme d’investissement 2008-2015 pour le secteur de l’assainissement liquide et solide connaît un gap de financement de 290,1 milliards de francs Cfa à rechercher.

«Il ressort qu’en dépit des efforts faits pour la mobilisation des ressources, il demeure urgent de poursuivre la recherche de financements nécessaires pour satisfaire les besoins de couverture des populations en service d’assainissement adéquat», reconnaît Amadou Lamine Dieng, directeur général de l’Office nationale de l’assainissement du Sénégal (Onas).

D’après le document des services de l’Onas distribué à l’occasion de l’atelier de partage sur le plan d’action, «le taux d’accès à l’assainissement urbain, tel que défini par l’Oms (Organisation mondiale pour la santé : Ndlr) et l’Unicef, et retenu pour les Omd, est passé de 57% en 2004 à 64% en fin 2007 et se situe en ligne avec l’objectif visé, qui est de 78% en 2015». Cependant, en milieu rural, le bilan est plus mitigé.

En effet, mentionne le document, «le taux d’accès en 2007, estimé à 20% et exclusivement assuré par des latrines améliorées, n’a pas beaucoup progressé. Par contre, la réalisation d’édicules publics se poursuit à un rythme satisfaisant».

«Ce niveau de desserte, visiblement faible, exige la mobilisation effective des financements requis, l’adoption et la mise en œuvre de politiques et de stratégies claires et volontaires de mise en œuvre», déclare M. Dieng.


Le Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1510 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance