Colloque sur la diversité culturelle : Liberté, dialogue et cohésion, fondements de la paix mondiale



Instaurer une compréhension des diversités culturelles dans le contexte de la mondialisation pour arriver à une culture de la paix. C’est l’objectif du colloque international ouvert, samedi, à Dakar. Organisé par l’Atlantique Turquie-Sénégal pour le dialogue culturel entre les civilisations (Atsa) et la revue Ebru, il réunit plus de 250 participants venus d’une dizaine de pays.
Devenue une réalité irréversible, l’uniformisation des cultures pose un véritable problème de coexistence pacifique. La montée en puissance de la violence dans le monde et la persistance d’un certain radicalisme en est une parfaite illustration.
C’est fort de ce constat qu’un colloque international sur : « Diversité et cohésion dans un monde globalisé : contribution du mouvement Gülen » a été ouvert, samedi, à Dakar. Cette assise organisée par l’Atlantique Turquie-Sénégal pour le dialogue culturel entre les civilisations(Atsa) et la revue Ebru, réunie plus que 250 participants venus de 12 pays dont la Roumanie, l’Afrique Sud, la France et les Etats-Unis.
L’objectif principal est de présenter les implications de la mondialisation dans la société civile et d’analyser, plus particulièrement, la question dans le cadre des contributions du mouvement Gülen. Il est donc question de voir comment arriver à instaurer une compréhension mutuelle des diversités dans le contexte de la mondialisation. Il s’agit alors, comme l’a indiqué Orhan Ipek, président de l’Atsa, de plancher sur les problèmes ayant trait à la violence et aux guerres qui sont devenus des préoccupations « endémiques », et apporter des solutions qui changent positivement la situation. « L’humanité a besoin d’espace de paix. Nous nous évertuerons, en nous inspirant du mouvement Gülen, à travailler pour faire de la culture un levier de paix et de cohésion », a-t-il dit.

Concept des civilisations universelles
Abdou Kharim Ndoye, conseiller technique du ministre de l’Enseignement supérieur, avance que la finalité de cette réflexion pour un monde meilleur est bien accueillie par le Sénégal. Selon lui, c’est ce que Fethullah Gülen met en évidence, ainsi que la philosophie et la conception du président Senghor convergent.
Le concept des civilisations universelles et la nécessité d’un rendez-vous du donner et du recevoir est bien vécu par le peuple sénégalais, ouvert aux apports fécondant du monde extérieur.
M. Ndoye, tout en soulignant le fait que la revue Ebru et l’Atsa ait choisi le Sénégal pour ce colloque sur le thème : « Cohésion et diversité dans un monde globalisé » est en parfaite adéquation avec les préoccupations actuelles de notre pays.
Citant l’exemple de son pays, Yacouba Traoré, le ministre malien chargé des affaires religieuses et du culte, venu prendre part à ce colloque, a invité les participants à mettre l’accent sur la cohésion entre les peuples. « La cohésion n’a pas marché dans le nord du Mali. Ces étrangers qui sont venus pouvaient vivre libres dans notre pays qui est une terre d’accueil et de tolérance », a-t-il laissé entendre. Dans un monde où le désordre est de mise, l’absence de cohésion sociale n’est que la résultante d’un déficit de dialogue et d’éducation orientée vers la liberté et le respect de l’autre. C’est l’idée qu’El Hadji Mouhammed Abdoullah Cissé a soulevé dans sa communication portant sur : « La cohésion sociale à travers le dialogue et l’éducation : les enseignements de l’Islam ».
Se basant sur les enseignements du Coran, il a indiqué que le principe de la diversité humaine est reconnu et sa finalité souhaitée est posée à travers la connaissance mutuelle pour organiser les relations entre les membres de la famille humaine. Selon lui, l’universalité exige l’ouverture, le respect des autres et le dialogue entre eux. Aussi, poursuit le président de la Fondation Serigne Madior Cissé-Isshan, la liberté humaine est la base du dialogue et de la cohésion.
Ce faisant, a-t-il invité les sociétés musulmanes à fonder leurs actions individuelles et collectives pour une meilleure cohésion sociale et une vie plus harmonieuse avec les non-musulmans.

Ibrahima BA
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 270 fois
Culture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance