Evaluation des OMD : des allocations budgétaires pour pallier les insuffisances



Dakar, 4 nov (APS) - Le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a donné, mercredi, des instructions pour que certains ministères puissent bénéficier d’allocations budgétaires pouvant leur permettre de pallier les insuffisances notées dans la poursuite des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

‘’Globalement’’, le Sénégal compte sur le Document stratégique de réduction de la pauvreté et sur l’engagement des ministères concernés pour inverser, d’ici 2015, les tendances notées dans ce domaine, a dit Abdoulaye Diop, le ministre de l’Economie et des Finances, au sortir d’un Conseil interministériel consacré aux OMD.

Différents ministères concernés par cette question ont participé à cette réunion destinée à faire l’état des lieux de ce qui a été fait par le gouvernement sénégalais, pour atteindre les OMD d’ici l’échéance de 2015.

Les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont été adoptés par la communauté internationale le 8 septembre 2000, lors de l’ouverture de la 55-ème session de l’Assemblée générale des Nations unies. Les 191 États membres de l’ONU se sont engagés à les réaliser d’ici 2015.

Il s’agit notamment de réduire de moitié l’extrême pauvreté, d’assurer l’éducation primaire pour tous d’ici 2015, d’éliminer les disparités entre les sexes à tous les niveaux de l’enseignement en 2015, au plus tard, de réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans d’ici 2015.

La liste des OMD se complète par les objectifs suivants : réduire de deux tiers le taux de mortalité maternelle d’ici 2015 , combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies, assurer un environnement humain durable et mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

Selon le Premier ministre, des efforts ont été faits par le Sénégal pour l’atteinte de ces objectifs, mais des insuffisances demeurent, notamment dans le domaine de l’éducation et de la santé.

Dans le premier cas, le taux de scolarisation a été depuis porté de 75 à 90 pour cent, mais le ‘’taux d’achèvement’’ pose problème à cause notamment des redoublements, a précisé Souleymane Ndéné Ndiaye. Mais dans le même temps, il y a ‘’beaucoup plus’’ de filles que de garçons inscrits au primaire.

S’agissant des objectifs arrêtés dans le domaine de la santé, ‘’malheureusement, on relève encore un taux assez élevé de mortalité maternelle’’, du fait du manque d’infrastructures et d’informations liées aux consultations prénatales, a relevé le chef du gouvernement. Il a été recommandé de ce point de vue de généraliser les consultations prénatales.

De plus, ‘’les enfants en bas âge sont la proie de maladies comme le paludisme’’, ce qui fait que le services compétents ont été instruits de multiplier les campagnes de vaccination, doublées avec des opérations de sensibilisation, a-t-il indiqué.

‘’En réalité, il se pose un problème de financement’’ lié notamment à la situation économique mondiale ‘’morose en 2008’’, a noté Souleymane Ndéné Ndiaye selon qui ‘’pour régler toutes ces questions-là, il faut de l’argent’’.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1123 fois
Economie du développement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance