Guichet public : la BAD a financé huit opérations pour 111 milliards en 2012



Dakar, 1er fév (APS) - Le portefeuille des engagements de la Banque africaine de développement (BAD) au Sénégal s’élevait, au 31 décembre 2012, à 111 milliards de francs CFA pour le guichet public, a indiqué, vendredi à Dakar, la représentante-résidente de la BAD au Sénégal, Leïla Mokadem.

Mme Mokadem s’exprimait à l’ouverture de la revue annuelle conjointe du cadre de partenariat entre le Sénégal et la BAD, en présence du ministre sénégalais de l’Economie et des Finances, Amadou Kane.

‘’A la date du 31 décembre 2012, le portefeuille de la BAD au Sénégal compte huit opérations actives pour le guichet public représentant un niveau d’engagements nets de plus de 144,67 millions d’Unités de comptes (UC) soit environ 111 milliards de francs CFA dont 79 milliards décaissés, soit 71,5 % de taux de décaissement’’, précise-t-elle dans un document de presse.

Le secteur des infrastructures représente 37,8 % de ces engagements, suivi de l’appui à la gouvernance économique et financière (21,4 %), du secteur de l’eau et de l’assainissement (20,7 %) et du secteur rural (20 %).

A cela s’ajoute l’approbation en 2012 par la BAD du financement du Projet d’appui au secteur privé, pour un montant de 3,09 milliards de FCFA et le don au titre humanitaire d’urgence en faveur du monde rural dont le montant est de 497,5 millions de FCFA.

Concernant les activités du guichet privé, le groupe de la BAD totalise 104 milliards et compte actuellement trois opérations actives dans les domaines des infrastructures routière (Autoroute Dakar-Diamniadio), aéroportuaire (Blaise Diagne) et énergétique (Centrale de Sendou).

Au total, signale la BAD, les engagements des guichets public et privé en cours sont de 280 millions d’UC, soit près de 215 milliards de FCFA à la fin de l’année.

Au niveau régional, la BAD appuie également les efforts d’intégration régionale. Le Sénégal bénéficie à cet effet de huit opérations multinationales d’un montant cumulé de 205,5 d’UC, soit plus de 157 milliards de FCFA et essentiellement financé par le Fonds africain de développement (FAD).

Ce portefeuille, précise-t-on, se compose essentiellement de projets d’infrastructures, particulièrement le sous-secteur des transports (65,5 %), le secteur social (21 %) et le monde rural (13,2 %).

Leïla Mokadem a salué le ‘’renforcement continu du partenariat’’ entre le Sénégal et la BAD et la mise en œuvre de ce programme de coopération.

En 2013, le Fonds africain de développement va augmenter en ressources, au profit du Sénégal, a indiqué la représentante-résidente, et ira vers cinq projets phares d’un montant de 56 milliards.

Mme Mokadem a cité l’appui au renforcement des réformes budgétaires, la gestion durable des ressources en eau, l’emploi des femmes et des jeunes, la sécurité alimentaire et le renforcement du développement local.

Elle a salué la disparition de projets dits à risques, à l’exception de celui portant sur l’électrification rurale, mais elle a insisté sur la remise dans les délais des rapports d’audit sur l’exécution des projets et le suivi-évaluation de ces projets.

Amadou Kane, le ministre de l’Economie et des Finances, s’est réjoui du ‘’dynamisme’’ de la coopération avec la BAD, ponctué ‘’par la recherche d’une plus grande performance’’.

M. Kane s'est félicité de la contribution appréciable de la BAD à l’action du Gouvernement du Sénégal, en matière de lutte contre la pauvreté et de renforcement des projets d’intégration régionale.

Concernant les rapports d’audit, le ministre des Finances a exhorté les responsables de projets à prendre les dispositions nécessaires pour leur dépôt dans les délais.

OID/SAB/DND

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 179 fois
Economie du développement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance