Kaolack: le FIDA salue l'apport des conseils à l'exploitation familiale



Kaolack, 5 mai (APS) – L’apport des quelque 642 conseils à l’exploitation familiale (CEF) formés par le projet d’appui aux filières agricoles (PAFA) est d’un atout inestimable dans les changements qualitatifs des conditions de vie et de production agricole des ménages ruraux vulnérables à la pauvreté, a reconnu, dimanche soir, le chargé de portefeuille Sénégal au fonds international de développement agricole (FIDA), Luyaku Loko Nsimpasi.

M. Nsimpasi qui a conduit du vendredi au dimanche une mission de supervision du FIDA dans une demi-douzaine de périmètres maraîchers dans 7 villages pour évaluer la performance et l’impact du PAFA a relevé que les CEF ont été ''d’un poids certain dans l’amélioration des conditions de vie des ménages ruraux''.

''Ces petits producteurs bien formés par leurs jeunes parents autrement appelés personnes ressources endogènes du terroir ont déjà mis en place les intrants agricoles pour la campagne qui se profile et n’attendent donc que la pluie'', a souligné le chef de la mission de supervision du FIDA.

Aux bénéficiaires qui ont souhaité l’extension des périmètres maraîchers et l’appui à la mise aux normes des unités de transformation, le fonctionnaire du FIDA a promis d’’’examiner tout cela avec la coordination du projet et apporter des réponses idoines à ces préoccupations légitimes’’.

L’appui d’un système de conseil rural cohérent composé des CEF et des CAR (conseil agricole rural) a permis au PAFA ''d’augmenter les superficies emblavées et la production de cultures soutenues dans la zone d’intervention du projet'', a estimé son coordonnateur, Sémou Diouf.

En effet, pour la campagne agricole 2013/2014, ''les superficies emblavées sont de 12.860ha pour le mil (6 480 ménages), de 2891 ha pour le sésame (2620 ménages), de 1632 ha pour le niébé (1632 ménages) et de 1023 ha pour le bissap ont été emblavés (2033 ménages)'', a signalé le coordonnateur du PAFA.

La production de mil obtenue est de 13.556 tonnes pour cette campagne, soit une augmentation de 6769 kg par rapport à 2012/2013 alors que celle du sésame a atteint 1685 tonnes pour une production initiale attendue de 1.487 tonnes, soit une augmentation 939 kg par rapport à la production de la campagne 2012/2013.

Le niébé a eu une production estimée à 863 tonnes, le bissap a atteint 583 tonnes, soit une augmentation de 503 tonnes en référence à la production 2012/2013.

La même augmentation a été notée dans la filière maïs (4640 tonnes, soit une production supplémentaire de 3716 tonnes) et avec le sorgho (1023 tonnes).

''Ces différents résultats sont les produits d’une combinaison de plusieurs facteurs soutenue par une dynamique organisationnelle sans laquelle toute professionnalisation est impossible'', a indiqué M. Diouf.

Les bonnes pratiques développées par le projet ont eu des effets significatifs sur l’amélioration de la résilience des ménages à l’insécurité alimentaire et une augmentation des revenus des ménages ciblés.

Selon M. Diouf qui a souhaité la mise à l’échelle de son projet, le PAFA se tourne davantage vers la rentabilité économique, avec un rôle important des opérateurs de marché et la promotion du dialogue entre tous les acteurs dans une perspective filière afin d’aider à améliorer la production et la productivité.

Cette approche a également permis une augmentation significative des revenus des producteurs qui ont alors cédé les excédents aux opérateurs de marché à travers des contrats supervisés par le PAFA, a déclaré Sémou Diouf.


PON/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 114 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance