La biotechnologie est le moteur du développement, selon une scientifique



Somone (Mbour), 18 avr (APS) - Les avantages de la biotechnologie, en tant que moteur du développement économique, ne sont plus à prouver tant pour les pays développés que pour ceux en développement, a affirmé lundi à la Somone, le docteur Aïcha Bammoun, représentante de l’Organisation islamique pour l’éducation, la science et la culture (ISESCO).

"Il est maintenant largement admis que la biotechnologie et le génie génétique constituent, après la technologie de l’information et de la communication, la seconde vague d’économie basée sur la connaissance, générant de ce fait de nouvelles opportunités pour le progrès socio-économique", a-t-elle dit.

Aïcha Bammoun s’exprimait à l’ouverture d’un atelier national de lancement du processus d’élaboration de la stratégie nationale en matière de biotechnologie et de biosécurité.

La rencontre est initiée par la Direction de la recherche en biotechnologie, en partenariat avec la Commission nationale sénégalaise pour l’UNESCO/ISESCO et l’ISESCO.

Elle a indiqué que ‘’la biotechnologie ne peut cependant produire les avantages socio-économiques qui lui sont associés que dans la mesure où les résultats de la recherche en la matière sont exploités et commercialisés’’.

Or, a-t-elle déploré "cette opération entraîne le développement et le renforcement systématique d’autres facteurs de soutien, notamment la création d’entreprises privées, des universités, de premier ordre, voire la demande du consommateur".

"Il est clairement admis que la situation de l’enseignement dans les pays islamiques ne permet pas à présent de soutenir adéquatement le processus de développement biotechnologique’’, a-t-elle fait savoir.

Elle a ajouté que c’est ce qui explique ‘’le manque de personnel qualifié et compétent, tels les chercheurs, les techniciens et le personnel de soutien".

"La biotechnologie, à l’instar de beaucoup d’autres domaines scientifiques, est une entreprise expérimentale. La formation pratique et l’expérience en matière de recherche sont de mise", a-t-elle fait valoir.

‘’Les progrès accélérés dans le domaine de la biotechnologie ont contraint les pays islamiques à intégrer l’enseignement, dès le primaire et jusqu’aux cycles supérieurs ", a encore dit Aïcha Bammoun.

ADE/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1179 fois
Economie du développement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance