Niokolo-Koba : "Avancée notable" dans un programme de lutte contre la pauvreté (UICN)



Linkéring (Kolda), 31 mai (APS ) - Une mission d’évaluation a constaté une ‘’avancée notable’’ dans le programme de lutte contre la pauvreté mis en œuvre par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dans deux communautés rurales riveraines du Parc national du Niokolo-Koba, dans le but de développer des ressources additionnelles aptes à atténuer la pression des populations sur cette réserve animalière et florale en péril.

Des femmes, issues des communautés rurales de Linkéring et de Médina Gounass, ont reçu pendant une semaine, une formation en aviculture rurale améliorée, dans le volet élevage, comme moyen de subsistance du programme de l’UICN.

Cette formation destinée aux femmes rurales, en lien avec les pratiques modernes d’élevage incluant la santé, l’alimentation, l’habitat de la volaille traditionnelle et la gestion technico-économique de cette activité, a eu lieu à Médina Gounass, a indiqué le docteur Ibrahima Lô, responsable de ce programme de renforcement de capacités en aviculture traditionnelle.

D’autres expériences, mises en œuvre par l’UICN dans ces communautés dans les domaines de l’élevage, de l’apiculture et du reboisement, ont été également visitées par la mission d’évaluation de l’UICN, qui s’est rendue mercredi dans ces communautés situées dans la périphérie du parc. Elle a été jusqu’à Karefour, à la frontière avec la Guinée.

Quelque 15 communautés rurales - 9 avant le découpage administratif – qui polarisent 350 villages dans les régions de Tambacounda, de Kolda et de Kédougou, pour une population estimée en 2006 à 100.000 habitants, sont implantées dans les environs du parc.

‘’J’exprime toute ma fierté face à la grande mobilisation des populations autour du projet de renforcement des communautés à l’interface du Parc national du Niokolo-Koba pour l’élevage, la faune et l’environnement’’, a dit le chef de mission de l’UICN-Sénégal, Racine Abou Kane.

‘’Nous avons écouté les représentants des communautés dire tous les bénéfices qu’elles ont tirés des diverses actions et activités qui ont été menées, notamment en ce qui concerne la vaccination du bétail, l’aviculture et l’apiculture’’, a-t-il ajouté.

M. Kane a dit avoir constaté également la ’’réussite’’, à ce stade, du reboisement opéré sur la place de prières et la ‘’place hautement symbolique’’ du ‘’daaka’’ (retraite spirituelle) de Médina-Gounass.

‘’Tout cela augure d’une avancée notable au niveau de ce programme qui arrive à point nommé, parce qu’il rencontre les besoins des populations en matière de lutte contre la pauvreté, mais également il s’agit de diminuer la pression sur les ressources du Parc national du Niokolo-Koba, qui est aujourd’hui classé parmi les sites du patrimoine mondial en péril’’, a relevé l’agent de l’UICN.

‘’Tout ce que nous pouvons faire, pour pouvoir diminuer cette pression sur le parc, nous le ferons, et c’est dans ce sens que ce programme intervient, étant entendu qu’ici, les populations travaillent dans le domaine agro-sylvo-pastoral’’, a promis M. Kane.

Pour lui, les interventions destinées à ces populations riveraines du Parc doivent, dès lors, être orientées dans ce domaine, afin de leur donner la possibilité de ‘’profiter de la proximité du Parc national’’ et de développer, dans l’interface du site, des activités à même de subvenir à leurs besoins.

C’est pour cette raison que l’UICN a privilégié les activités de reboisement villageois, de lutte contre la dégradation des terres, a dit M. Kane, notant que le programme a aussi insisté sur la création de richesses, à travers l’aviculture, suivant une démarche genre, vu que ce sont les femmes qui s’y adonnent le plus. ‘’ Elles sont formées à faire de l’aviculture et elles parviennent même à vacciner la volaille pour pouvoir maintenir un état de santé qui soit appréciable’’, a-t-il relevé.

‘’En écoutant les témoignages, on se rend compte très vite que les bénéfices du projet apparaissent très clairement’’, a poursuivi Racine Kane, notant avoir entendu dire qu’en deux mois, les femmes ont constaté la ‘’disparition de certaines maladies du bétail, du fait des vaccins’’. Ce qu’il a jugé ‘’très fort appréciable’’.

D’autres témoignages font état de ‘’progrès sensibles’’, réalisés en termes de production de volaille. Ailleurs, des plants de bambou sont prélevés du parc pour être repiqués dans la zone d’interface du parc, afin de permettre aux habitants environnants d’en tirer des revenus à l’occasion de grandes fêtes religieuses.

Autant d’éléments qui, selon lui, montrent que ‘’cette richesse exceptionnelle que constitue le parc national mérite d’être préservé au plus haut point (…) ; d’abord par les populations riveraines, sans l’engagement desquelles (…), tout ce qui sera entrepris, ne sera qu’un éternel recommencement’’. ‘’Ce qui n’est pas à souhaiter en l’occurrence’’, ajoute-t-il.

Racine Kane estime que cette expérience en cours ‘’peut faire école’’ et sera, ‘’dans tous les cas’’, rapportée au plus haut niveau, lors du congrès mondial de la nature, prévu du 6 au 15 septembre à Joudiou, en Corée du Sud.

‘’ Evidemment, nous nous ferons le plaisir et le devoir surtout de rapporter les exemples de réussite (…) à travers le monde, mais celui du Sénégal en particulier’’, a annoncé Kane. ‘’Et nous le ferons d’autant plus que ce programme est aussi porté par l’Union africaine et l’Union européenne qui (en) sont les bailleurs de fonds’’, a-t-il dit, expliquant que l’UICN est le bras technique qui exécute ce projet dans des pays comme le Sénégal, le Burkina Faso et la Guinée.

M. Kane a encouragé les communautés à ‘’poursuivre leur effort, pour que cet exemple fasse tache d’huile’’. Cela, afin que ‘’demain, nous puissions bénéficier à la fois de l’ombre des arbres qui ont été reboisés, mais que cet ombrage puisse, au-delà de nous-mêmes, profiter à nos petits-enfants et nos arrière-petits-enfants, qui verront en ce moment-là les traces de notre passage dans cet endroit qui est sain’’.

’’J’exprime toute ma fierté face à la grande mobilisation des populations autour du projet de renforcement des communautés à l’interface du Parc national du Niokolo-Koba, pour l’élevage, la faune et l’environnement’’, a pour sa part indiqué le Chef de mission de l’UICN Sénégal, Racine Abou Kane.

‘’Nous avons écouté les représentants des communautés dire tous les bénéfices qu’elles ont tiré des diverses actions et activités qui ont été menées notamment en ce qui concerne la vaccination du bétail, l’aviculture et l’apiculture’’, a-t -il ajouté. ‘’Nous avons été sur le terrain pour constater également la réussite à ce stade du reboisement qui a été opéré sur la place à prières et la place hautement symbolique du daaka, de Médina-Gounass.

‘’Tout cela augure d’une avancée notable au niveau de ce programme qui arrive à point nommé, parce qu’il rencontre les besoins des populations en matière de lutte contre la pauvreté, mais également il s’agit de diminuer la pression sur les ressources du Parc national du Niokolo-Koba, qui est aujourd’hui classé parmi les sites du patrimoine mondial en péril’’ a-t-il relevé.

BC/ADI/ASG/DND



Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 445 fois
Lutte contre la pauvreté


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance