PASSATIONS DES MARCHES PUBLICS : Des chefs d’entreprise initiés au nouveau code



Un séminaire d’initiation des dirigeants des Pme et Pmi au système de passation des marchés publics financés par l’Apd s’est ouvert hier, à la Chambre de commerce. L’autorité de régulation des marchés publics (ARMP) devra toutefois l’approfondir par une formation complémentaire.

A l’initiative du projet AMADE (Accès aux marchés de l’aide publique au développement) soutenu par l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif), des chefs d’entreprise (Pme/Pmi) sénégalais vont être sensibilisés au nouveau Code des marchés publics. Le séminaire organisé depuis hier à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), s’inscrit comme le premier d’une série qui va s’étendre aux autres régions, d’après Abdou Aziz Sabaly, le point focal du projet. Il a indiqué que l’atelier fait partie du plan d’actions de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF) dont les objectifs sont l’information et la formation pour « améliorer le positionnement des entreprises sur les marchés financés par l’APD », ainsi que la mise en synergie avec des entreprises françaises et belges. Alioune Diop du département intelligence économique, a ensuite montré l’importance du renforcement des capacités de chefs d’entreprise qui, pour pouvoir soumissionner auxdits marchés, doivent être initiés à la terminologie utilisée, connaître les acteurs impliqués, les modes de passation et les principes de base. Quant à Moutaga Ndiaye de la direction Formation et appui technique au niveau de l’Armp, il est revenu sur le contexte de sa création en 2007, en phase avec les nouveaux programmes de lutte contre la corruption, de bonne gouvernance et de lutte contre la pauvreté, apparus entre les années 2000 et 2005.

Un climat de confiance pour attirer les investisseurs

C’est dans cette optique que le Sénégal a adopté un nouveau Code des marchés publics conforme à l’esprit de la déclaration de Paris (octobre 2007) et de l’accord cadre d’appui budgétaire. Il expliquera que, dès lors, les Pme et Pmi qui sont appelées à maîtriser les procédures des partenaires comme la Banque mondiale et l’Union européenne, doivent également se soumettre à deux directives de l’Uemoa : la N° 4 sur les procédures et la N° 5 sur le contrôle. C’est ainsi que le Sénégal a complété le Code des obligations des contrats de l’administration par le nouveau Code des marchés, instituant une Direction centrale des marchés publics (au ministère de l’Economie et des Finances) et l’Armp. « Ce sont les deux pieds d’un même corps pour la bonne gouvernance des marchés publics », a commenté M. Ndiaye. Selon lui, l’essentiel n’est pas de prendre des textes, mais d’attirer les investisseurs et, pour ce faire, il faut leur garantir la sécurité juridique et judiciaire et la sécurité de la passation des marchés publiques, en instaurant un climat de confiance. Moutaga Ndiaye estime que la bonne compréhension du système de passation par les Pme/Pmi permettra d’éviter les contentieux entre les autorités contractantes et les fournisseurs. C’est pourquoi il a souligné que l’atelier n’est qu’un premier pas que l’Armrp devra compléter par une formation plus poussée.

Fara Sambe
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1636 fois
Economie


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance