POLITIQUE HYDRAULIQUE : Faire du forage un véritable pôle de développement



L’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) a lancé, à Louga, le projet de développement rural durable (Pdrd) pour la période 2008-2011. Ce qui va amener les associations des usagers de forages (Asufors) à développer des activités communautaires autour des forages pour améliorer les revenus des populations.

Comme l’a si bien expliqué le chef de projet au cours de l’atelier de lancement, « le projet fait partie des secteurs prioritaires de l’aide publique japonaise au Sénégal et concerne l’amélioration du cadre de vie des couches défavorisées dans le milieu rural ». En outre, pour Inoue Shigeru qui a mis en exergue l’intervention de la Jica dans le secteur hydraulique avec plus de 120 forages réalisés au Sénégal, le Pdrd s’inscrit dans le cadre du « programme de la gestion viable des ressources, l’amélioration des revenus, la diversification » qui constitue une solution face au problème prioritaire du développement dans le programme d’exécution pour le Sénégal élaboré par la Jica intitulé : le développement communautaire dans le milieu rural.

« Nous voulons, après une réelle maîtrise de l’eau en milieu rural, faire du forage un véritable pôle de développement économique et agricole ; et cela est possible », a-t-il ajouté. Pour ce faire, le projet va permettre aux associations des usagers de forages (Asufors), au-delà de la gestion et de la maîtrise de l’eau, de développer des activités agricoles et pastorales comme le maraîchage, l’embouche, la transformation du lait et autres produits agricoles aux fins d’effets socio-économiques additionnels pour les bénéficiaires qui verront leur cadre de vie et leurs revenus s’améliorer. Le projet, inscrit dans la période 2008-2011, interviendra au niveau de six sites, notamment Taïba Ndiaye dans la région de Thiès, Moukh Moukh, Mbéyène-Négué, Bakhaya, Bélakhor et Nguithie dans la région de Louga qui vont constituer la zone pilote.

Pour le directeur régional du développement rural, Babacar Diop, membre du comité de mise en oeuvre, c’est un projet qui vient à son heure, compte tenu des contre-performances notées dans le monde rural du fait du déficit pluviométrique et notamment de la dégradation des sols dans cette région qui fait 12% du territoire national. Un projet porteur d’espoir parce que venant renforcer les acquis du défunt projet Eau potable pour tous et activités génératrices de revenus (Peptac), bouclé en 2005 par la Jica et dont l’efficacité a été reconnue par l’ensemble des acteurs. « Un nouvel axe de partenariat avec le Japon dont la coopération constitue un modèle », a conclu l’adjoint au gouverneur en charge du Développement, Christian Diatta, qui ouvrait les travaux de l’atelier.

Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2007 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance