Revue annuelle conjointe : Dakar a bénéficié de 65 milliards de l'Union européenne



La coopération entre le Sénégal et l'Union européenne a été fructueuse en 2008. Les deux parties se sont félicitées du niveau record des fonds alloués ainsi que du niveau d'atteinte des objectifs fixés.

La situation économique n'a pas été des meilleures au cours de l'année 2008. Mais la Commission de l'Union européenne, en dépit du contexte économique défavorable, a réussi à mobiliser plus de 65 milliards de francs Cfa au profit du Sénégal. Cette somme a été déboursée dans la totalité et l'on avance que ce montant est à un niveau record.

Le chef de la Délégation de la Commission européenne, Gilles Hervio, s'est félicité des résultats de la coopération bilatérale.‘Elle marche bien et elle est sans doute une des plus efficaces’, a-t-il dit. Toutefois, il indique que ces ‘bons résultats’ ont été favorisés par l'amélioration du cadre général de dialogue entre le gouvernement et les partenaires, par la tenue de la première revue du Document stratégique de réduction de la pauvreté (Dsrp) et par la signature, en janvier 2008, de l'Arrangement cadre relatifs aux appuis budgétaires (Acab). Gilles Hervio avance, néanmoins, que ‘tout n'est pas parfait, les choses sont souvent trop compliquées parfois d'ailleurs en raison des exigences contradictoires des partenaires, d'autres fois pour des raisons internes au gouvernement, mais la tendance est très positive’.

‘Il me faut reconnaître qu'il subsiste certains secteurs où notre partenariat ne porte pas tous ses fruits’, avoue le chef de la Délégation de la Commission de l'Union européenne. Il n'a pas manqué d'afficher sa déception face à la mise en œuvre du Stabex arachides (voir ci-contre), des appuis budgétaires, des appuis à l'informatisation du ministère des Finances et ceux apportés au cadastre. ‘L'année 2008 a été une année difficile, mais, malheureusement, tout indique que 2009 le sera aussi (...) Le minimum que nous devions faire, c'est de continuer, voire d'améliorer encore l'efficacité dans la mise en œuvre de nos appuis’, prévient Gilles Hervio.

En outre, la revue à mi-parcours du Programme indicatif national (Pin) prévue en fin d'année 2009 suscite à la fois espoir et craintes chez les partenaires européens. Les allocations accordées au Sénégal et non-engagées seront revues à la baisse au profit des pays les plus performants. Les arbitrages découleront des résultats de la coopération, mais aussi de la gouvernance des pays et des engagements pris dans en ce sens, dans le cadre du Pin.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop a, pour sa part, plaidé pour que le Sénégal et la Commission de l’Ue ne ménagent aucun effort afin que Dakar ne se retrouve pas dans une situation de perte de ressources. Mais, plutôt que des subventions additionnelles soient octroyées sur la base des performances. L’argentier de l’Etat, à par ailleurs, soutenu que, contrairement à tout ce qui a été dit, ni les transferts d’argent des émigrés ni l’Aide publique au développement n’ont baissé à ce jour. Les engagements des pays partenaires auraient même légèrement augmenté, selon le ministre.

Pour 2009, six nouveaux projets pour un montant global d'environ 40 milliards seront présentés pour validation. Il s'agit du projet d'assainissement des eaux usées des villes de Mbour et Richard Toll, d'un complément de financement de la route Mbirkilane - Tambacounda, d'un appui au ministère de la Justice, d’un appui aux acteurs non étatiques et d’un projet de soutien à l'intégration commerciale et à la compétitivité des entreprises, dont une partie sera mise en œuvre par l'Agence française de développement et une autre par la Coopération allemande (Gtz). La Délégation de la Commission de l'Ue espère que les résultats du Sénégal pourront peser de tout leur poids devant les instances de décisions de Bruxelles.

Dans les prochains jours, Dakar et Bruxelles signeront trois conventions de financement portant sur un appui budgétaire de plus de 49 milliards de francs pour la période 2010-2012, le financement de la route Saint-Louis - Rosso pour 36,6 milliards et un appui au renforcement de l'Office national de l'assainissement du Sénégal et à la Direction de la cartographie pour un montant total de près de 23 milliards.

Khady BAKHOUM
Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 735 fois
Economie du développement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance