SENEGAL-LUXEMBOURG : LES ENGAGEMENTS DU PIC 2007-2011 A 35 MILLIARDS



Les gouvernements du Sénégal et du Grand Duché du Luxembourg ont tenu la 6e session de la Commission de partenariat pour faire le point sur la mise en œuvre du Pic 2007-2011, revisiter tous les engagements financiers et formuler des recommandations en vue d’une meilleure efficacité dans la réalisation des activités. Le Programme indicatif de coopération (Pic) d’un montant de 53, 3 millions d’euros, soit environ 35 milliards F Cfa et qui porte sur la période de 2007-2011, s’inscrit en droite ligne de la volonté commune de répondre plus efficacement aux demandes prioritaires des populations sénégalaises dans nos domaines de coopération. C’est ce qu’a déclaré le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, qui présidait, en compagnie de la ministre de la Coopération et de l’action humanitaire du Grand Duché de Luxembourg, Mme Marie-Josée Jacobs, la 6e session de la Commission de partenariat entre le Sénégal et le Luxembourg consacrée à l’examen des résultats globaux de la mise en œuvre du Pic 2007-2011. Un Pic II qui devra couvrir l’axe Nord, notamment les régions de Saint-Louis, Matam, Louga et Thiès. Les trois premières régions constituant la Zone de concentration opérationnelle (Zco). Programme de lutte contre la pauvreté, il va mettre l’accent sur des secteurs jugés prioritaires que sont la formation, la santé de base, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, l’environnement, avec comme principales cibles les populations vulnérables, dont les jeunes et les femmes. Abdoulaye Diop s’est félicité de « la parfaite convergence de vue » entre les deux gouvernements », laquelle a, selon lui, « toujours favorisé des choix réalistes et permis d’éviter la dispersion des actions, pour apporter des réponses positives aux besoins humains fondamentaux ». Quant à la ministre de la Coopération et de l’action humanitaire du Grand Duché de Luxembourg, Mme Marie-Josée Jacobs, elle assuré que le nouveau gouvernement de son pays a décidé d’inscrire, dans son programme, 1 % de son Produit national brut pour l’aide au développement et qu’il va continuer à maintenir son aide vis-à-vis des pays partenaires avec la collaboration de la Société civile.

Mamadou SY
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 928 fois
Economie du développement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance