Un taux de croissance du PIB réel de 4,3% attendu en 2013 (ministre)



Dakar, 9 déc (APS) – Le gouvernement table sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel de 4,3% en 2013 contre 3,7% en 2012 et un taux d’inflation de 2,4% contre 2,4% précédemment soit en dessous de la norme communautaire fixée à 3%.

Les députés ont voté dimanche le projet de budget 2013 dont les ressources totales s’élèvent à 2 531, 116 milliards de francs Cfa contre 2 344, 786 milliards en 2012 soit une hausse de 7, 9% en valeur relative.

Les recettes du budget général sont de 2 450, 65 milliards tandis que les comptes spéciaux du trésor sont projetés à 80, 466 milliards de francs Cfa, indique le rapport de la Commission de l’économie générale, des finances, du plan et de la coopération économique.

Dans le budget 2013, les charges totales sont fixées à 2 531, 116 milliards de francs Cfa contre 2 344, 786 milliards en 2012 soit une hausse de 7, 9% en valeur relative. Les comptes spéciaux du trésor s’élèvent à 80, 466 milliards tandis que les charges du budget général sont de 2 450, 65 milliards.

Dans ce budget général, les dépenses ordinaires ont connu une augmentation nette de 102, 37 milliards alors que les dépenses d’investissement (37%) passent de 830, 99 milliards à 912, 4 milliards en 2013.

Le secteur quaternaire (santé, éducation, assainissement, protection sociale, décentralisation, etc) absorbe des investissements de l'ordre de 332, 038 milliards soit une 37,4% avec la prise en compte d'une part de la création de la caisse autonome de protection sociale universelle (CPSUS) et d'autre la part du lancement de la phase d'urgence du programme décennal de lutte contre les inondations.

La Loi de finances 2013 s’articule autour de ‘’la consolidation des bases d’une gouvernance démocratique plus rigoureuse, plus efficace, basée sur la satisfaction des besoins prioritaires des populations et la lutte contre les injustices sociales’’, indique le même rapport.

Elle vise aussi ‘’le renforcement de la décentralisation et la territorialisation des politiques publiques en vue de donner une plus grande impulsion au développement des terroirs et une croissance soutenue, durable et inclusive’’.

OID


Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 215 fois
Economie du développement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance